Spondylarthrite ankylosante

Spondylarthrite ankylosante : qu’est-ce que c’est et comment la soulager ?

La spondylarthrite ankylosante est une maladie inflammatoire articulaire chronique qui touche le rachis et les articulations sacro-iliaques (articulations qui sont situées entre les parties latérales du sacrum). Cette affection amène votre bassin à s’enraidir, et les conséquences sur votre santé peuvent être nombreuses. Alors, quels sont les symptômes de cette pathologie ? Quelles sont les causes de l’apparition de la spondylarthrite ankylosante ? Et surtout, quels traitements existent pour lutter contre ce type de maladie ?

 

Les symptômes de la spondylarthrite ankylosante

Souvent, la maladie se déclare entre 20 et 40 ans. Des douleurs apparaissent alors dans le bas des reins (provoquant ainsi des lombalgies) ou dans les fesses. Le problème, c’est que ces douleurs ne se calment pas au repos : au contraire, les patients indiquent qu’elles sont plus intenses la nuit, et dès le réveil ⏰

Chez certaines personnes, on note également d’autres symptômes, telles que des douleurs rachidiennes, des douleurs au niveau du talon et des sciatiques.

La spondylarthrite ankylosante se manifeste par des crises douloureuses, qui alternent avec des périodes d'accalmie. Les douleurs fessières, irradiant vers l’arrière des cuisses sont, quant à elles, constantes, et peuvent parfois ressembler à des douleurs de sciatique.

En l’absence de traitement et de prise en charge, cette affection peut évoluer vers un enraidissement des zones touchées (ankylose). Il est donc nécessaire de prendre en charge cette pathologie de façon précoce chez les patients, afin d’éviter cette évolution, devenue rare.

 

Les causes de la spondylarthrite ankylosante

En France, ce sont environ 180 000 personnes qui souffrent d’une spondylarthrite ankylosante.

Les patients qui en souffrent présentent un terrain génétique particulier : ils portent le gène HLA (Human Leucocyte Antigene) B 27.

À noter toutefois que l’on peut porter ce gène, sans jamais déclencher la maladie. C’est en effet l’association du gène HLA B27, à d’autres facteurs environnementaux (tabagisme, flore intestinale perturbée…) qui explique le développement de la maladie. Ainsi, il n’est pas rare de voir plusieurs membres d’une même famille être atteints par cette affection, parfois handicapante.

La présence de ce gène provoque une mauvaise réponse immunitaire du corps. Lorsqu’un patient est touché par la spondylarthrite ankylosante, son corps fabrique parfois des anticorps dirigés contre lui-même, comme c’est le cas dans certaines maladies auto-immunes.

 

Comment lutter contre la spondylarthrite ankylosante ?

Les anti- inflammatoires

Si vous ressentez ce type de douleur, il est bien sûr essentiel de vous rendre chez votre médecin, qui pourra établir un diagnostic précis de la maladie 👩‍⚕

Grâce aux anti-inflammatoires prescrits par votre médecin, vous traiterez ainsi la cause et les symptômes. Toutefois, si les articulations sont trop douloureuses pour être soulagées par cette prise d’anti-inflammatoires, des infiltrations locales, avec des injections intra- articulaires de corticoïdes, pourront être prescrites. L’injection intra- articulaire de synoviorthèse, visant à détruire la membrane enflammée, est également parfois pratiquée.

Lorsque la maladie devient particulièrement  déformante et ankylosante, un recours à la chirurgie orthopédique peut parfois s'avérer nécessaire.

Les séances de kinésithérapie et d'ostéopathie

Afin de prévenir les déformations rachidiennes provoquées par la spondylarthrite ankylosante, les traitements physiques sont essentiels. Ainsi, les séances de kinésithérapie vertébrales, posturales et respiratoires aideront le patient à limiter la progression de la maladie ✋

 

 

La position couchée

Les douleurs sont très présentes pendant la nuit. Pour tenter de les limiter, la position couchée à plat sur le dos est vivement recommandée, afin de permettre à l’ensemble du corps de se relaxer. Mais afin de permettre à votre corps de se détendre totalement, il sera essentiel de prendre soin de votre posture lorsque vous serez allongé 😴

Pour ce faire, les oreillers ergonomiques à mémoire de forme sont vivement conseillés, afin de permettre un parfait alignement de votre tête, de votre nuque et de votre colonne vertébrale.

Cette mousse viscoélastique et thermosensible épouse les contours de votre tête et de votre cou, afin de permettre à toutes les zones de votre corps de se détendre. Mais attention : afin d’agir avec efficacité sur votre santé, l’oreiller ergonomique ne doit pas être choisi au hasard. Afin de trouver celui qui correspond à votre morphologie, à votre position de sommeil et à vos problèmes de santé, ce test de 7 questions vous accompagne.

 

Je trouve l'oreiller adapté à mes besoins

 

Une bonne hygiène de vie

La pratique d’une activité physique régulière aide également les patients à limiter la progression de l’affection. En effet, le sport (préférez les sports doux tels que la natation) est essentiel afin de faire travailler les articulations en douceur, et ainsi vous permettre de conserver votre mobilité.

En outre, les médecins conseillent d’arrêter la consommation de tabac, qui est l’un des facteurs qui aggrave considérablement la maladie. Adopter une alimentation équilibrée permet également à votre système immunitaire d’être renforcé ! 💪