Oreiller dur ou mou : lequel est fait pour vous ? | Mon oreiller et moi

Oreiller dur ou mou : lequel est fait pour vous ?

Vous rêvez de vous sentir parfaitement à l’aise sur votre oreiller. Et pour cause : le confort d’un oreiller vous aide à profiter d’un sommeil plus réparateur. Mais pour adoucir vos nuits, vous hésitez, et vous ne savez pas faire votre choix : vous faut-il un oreiller dur ou mou ? Comment choisir le niveau de souplesse de son oreiller ? Pour bien dormir, et placer le bien-être au cœur de vos nuits, on vous livre les meilleures astuces !

 

Choisir un oreiller dur ou mou : l’importance de vos préférences de confort

Si le choix du niveau de souplesse de l’oreiller peut en effet dépendre de plusieurs facteurs tels que la morphologie ou encore votre position de sommeil (nous le verrons un peu plus bas dans cet article), il est essentiel de noter que ce qui compte  le plus en réalité, ce sont vos préférences de confort.

Sur l’oreiller dur ou mou que vous allez choisir, vous avez besoin de pouvoir parfaitement vous détendre. Votre rachis cervical supporte en effet votre tête toute la journée. Le soir venu, il a besoin de se relâcher, pour permettre à vos cervicales de se reposer, de se décontracter. De cette façon, vous vous endormirez plus facilement, sans avoir besoin de vous tourner encore et encore dans votre lit à la recherche d’une position dans laquelle vous vous sentez à l’aise.

Mais ce n’est pas tout : en écoutant vos préférences de confort lors de votre recherche d’un oreiller dur ou mou, vous éloignez également le sommeil entrecoupé, qui touche de nombreux dormeurs. Si vous optez pour un oreiller sur lequel vous vous sentez bien, vous avez davantage de chances de profiter d’un sommeil plus réparateur, plus profond.

Dès que vous posez votre tête sur l’oreiller, vous devez savoir si oui ou non il correspond au niveau de souplesse ou de fermeté que vous aimez : pour choisir un oreiller dur ou mou, écoutez donc en premier lieu votre cœur !

 

Attention aux oreillers trop mous, et aux oreillers trop durs

S’il y a bien un piège dans lequel il est essentiel de ne pas tomber, c’est toujours d’opter pour un oreiller trop mou lorsqu’on aime les conforts moelleux, ou trop dur, lorsqu’on aime les conforts fermes.

Un oreiller trop mou, c’est un oreiller qui ne maintiendra pas suffisamment vos cervicales. Lorsque vous vous allongez sur un oreiller trop mou, votre tête n’est pas parfaitement calée, elle ne reste pas en bonne position toute la nuit. Au moindre mouvement, elle risque de prendre une posture qui causera du tort à vos cervicales.

Et il est absolument essentiel de ne pas sous-estimer l’importance d’une mauvaise posture la nuit. En ne respectant pas l’alignement naturel de votre corps, de nombreux problèmes de santé risquent d’apparaître :

Mais ce n’est pas tout : arthrose cervicale, névralgie cervico-brachiale, uncodiscarthrose… Les complications peuvent être nombreuses lorsque l’on ne prend pas parfaitement soin de ses cervicales tout au long de la nuit. Pour chouchouter votre rachis cervical, l’ensemble de votre colonne vertébrale, et donc votre santé, si vous aimez les conforts moelleux, optez pour un oreiller douillet, mais pas trop mou !

Les oreillers trop durs, quant à eux, renferment également des pièges… Lorsque vous vous allongez sur un oreiller trop ferme, les points de tension ne manqueront pas d’apparaître. Dans ce cas-là, vous n’arriverez pas à trouver la position qui fait du bien à votre tête, et il sera impossible à votre corps de totalement se relaxer. Contractés, vos muscles n’arrivent pas à se détendre, et vous n’arriverez pas à trouver le sommeil. Problèmes d’endormissement, réveils nocturnes, migraines : vous n’arrivez pas à évacuer pas toutes les tensions que votre région cervicale a pu accumuler toute la journée, et les entraves à votre sommeil seront nombreuses à apparaître.

Pour résumer, les deux plus grands pièges à éviter sont donc les suivants :

  • Si vous aimez les conforts moelleux, n’optez pas pour un oreiller trop mou ;
  • Si vous aimez les conforts fermes, évitez les oreillers trop durs.

 

7 questions qui vous aident à savoir s’il vous faut un oreiller dur ou mou

Question n°1 : l’oreiller sur lequel vous dormez actuellement est-il dur ou mou ?

Question n°2 : s’il est dur, vous arrive-t-il de ressentir des contractures lorsque vous vous levez le matin. Avez-vous la nuque tendue, le dos contracté, les cervicales bloquées ?  

Question n°3 : ressentez-vous des points de pression lorsque vous vous couchez sur votre oreiller. Au niveau de la tête ? Au niveau du cou ? Au niveau des trapèzes ? Des épaules ? Du dos ? Des hanches ?

Question n°4 : avez-vous le sentiment que votre tête, votre nuque et votre colonne vertébrale sont alignées ? Ou sentez-vous au contraire que votre tête penche vers l’avant, l’arrière ou le côté ?

Question n°5 : arrivez-vous à détendre parfaitement l’ensemble de votre corps lorsque vous posez votre tête sur votre oreiller ?

Question n°6 : la nuit, vous arrive-t-il souvent de vous réveiller ? Si oui, arrivez-vous à vous rendormir facilement ?

Question n°7 : lorsque vous vous levez le matin, avez-vous le sentiment d’être en forme ? Ou au contraire, avez-vous l’impression que vous n’avez pas réussi à récupérer suffisamment durant votre nuit ?

Toutes ces questions mettent le doigt sur les problèmes les plus souvent observés chez les dormeurs. Elles vous aiguilleront afin de comprendre si le type de fermeté d’oreiller dont vous profitez en ce moment est adapté pour vous, ou non. Car votre oreiller influe directement sur vos facilités d’endormissement, vos raideurs, vos tensions, votre alignement, et vos nuits agitées : c’est la raison pour laquelle vous devrez le choisir avec la plus grande précision possible.

 

Oreiller mou : pour qui est-il fait ?

Les oreillers mous sont des oreillers moelleux, douillets, qui accueillent vos cervicales avec douceur. Ils conviennent parfaitement à deux catégories de dormeurs :

  • Celles et ceux qui ont une morphologie XS, S ou M : il s’agit de personnes qui ont besoin de s’allonger sur un oreiller qui accueille leurs cervicales avec douceur, pour ne faire naître aucun point de pression ;
  • Celles et ceux qui ont l’habitude de dormir sur le ventre : cette catégorie de dormeurs doit également éviter au maximum les points de pression, qui peuvent véritablement causer du tort dans cette position, et bloquer rapidement les cervicales.

Si vous avez une carrure L ou XXL, cela ne signifie toutefois pas que vous ne pourrez pas profiter d’un accueil moelleux. De nombreux oreillers au garnissage ferme proposent une surface douillette, pour que le niveau de confort ne soit jamais entravé !

Et si vous dormez sur le dos ou sur le côté, vous aurez le choix : vous pourrez vous tourner vers des oreillers durs ou mous !

 

Oreiller dur : pour qui est-il fait ?

À l’image des oreillers mous, les oreillers durs ne conviennent pas à tout le monde. En réalité, ils peuvent être de bons alliés pour les nuits de deux types de dormeurs :

  • Les dormeurs qui ont une morphologie L ou XL : en effet, ces derniers ont besoin d’un soutien important au niveau des cervicales, soutien qu’ils ne trouveront pas auprès d’un oreiller mou. Pour que la tête reste bien en position toute la nuit, et pour que vous évitiez ainsi de ressentir la moindre torsion, les oreillers durs sont vos plus grands alliés ;
  • Les personnes qui ont l’habitude de dormir sur le dos ou sur le côté : si vous avez une carrure L ou XL, et que vous dormez sur le ventre, il vous sera conseillé de vous tourner vers les oreillers assez souples. Mais si vous dormez sur le dos ou sur le côté, alors vous pourrez vous laisser séduire par les oreillers durs, qui vous apporteront tout le maintien dont vous avez besoin, sans pour autant faire apparaître des points de pression ou mettre votre confort de côté !

 

Oreiller dur ou mou : testez-le à la maison !

Si vous hésitez entre un oreiller dur ou mou, il est essentiel que vous puissiez prendre le temps de poser votre tête dessus, pour vous assurer que le niveau de confort qu’il propose vous correspond bien.

Lorsque vous achetez un oreiller en magasin, vous pouvez tout au plus vous allonger quelques secondes dessus. Impossible alors, même si le niveau de confort semble vous satisfaire sur le coup, de savoir si votre oreiller dur ou mou formera une jolie harmonie avec votre matelas, et améliorera bel et bien la qualité de vos nuits. L’objectif, c’est donc d’opter pour une marque qui vous propose de tester votre oreiller chez vous, durant 30 nuits. De cette façon, vous saurez si oui ou non le niveau de fermeté de votre coussin vous permet de profiter de plus belles nuits.

Durant ces trente nuits, observez avec justesse chaque détail de votre sommeil :

  • Arrivez-vous à vous endormir plus rapidement
  • Vous réveillez-vous moins la nuit ?
  • Sentez-vous votre corps apaisé, détendu ?
  • Avez-vous le sentiment de profiter d’un sommeil plus réparateur ?

Si votre oreiller ne vous séduit pas à 100 %, vous pourrez vous le faire rembourser, ou l’échanger contre un oreiller plus dur, ou plus mou, selon vos préférences !

 

Choisir entre un oreiller dur ou mou : l’outil magique

Pour trouver un oreiller dur ou mou qui vous convient parfaitement, ce test de 8 questions pourrait bien devenir votre plus grand allié.

Il fait le point sur toutes vos habitudes de sommeil (nombre d’heures dormies, position de sommeil…), vos préférences de confort, votre morphologie, et vos problèmes de santé, afin de vous guider vers un oreiller dur ou mou qui saura véritablement transformer la qualité de votre sommeil.

En effet, chacune de ces questions vous guide vers un oreiller dont le garnissage et la hauteur correspondent à toutes vos préférences et vos besoins :

  • Hauteur : l’épaisseur de votre oreiller, qu’il soit dur ou mou, dépend directement de la position dans laquelle vous avez l’habitude de dormir. Si vous vous couchez sur le ventre, vous devrez vous tourner vers un oreiller fin, de maximum 9 cm d’épaisseur. Ici, les oreillers morphologiques à mémoire de forme seront les plus indiqués. Si vous vous couchez sur le côté, les oreillers volumineux, en duvet, en polyester ou à mémoire de forme pourront vous convenir : l’essentiel est que ce dernier soit suffisamment gonflant pour combler le creux entre votre nuque et le matelas. Et si vous dormez sur le dos, un oreiller mi- épais, d’environ 10 cm de hauteur sera idéal pour vous.

 

Pour trouver le bon oreiller, dur ou mou, rapidement, et véritablement chouchouter votre corps pendant la nuit, lancez-vous, et faites ce test en 1 minute chrono. Puisque vous pouvez les tester durant 30 nuits chez vous, impossible de vous tromper : les oreillers Mon oreiller et moi sauront véritablement prendre soin de votre confort !