plus minus cross arrow-left arrow-right arrow-bottom cart dropdown-arrow next previous heart search tick amazon-payment amex bitcoin cirrus diners-club discover dk dogecoin facebook fancy forbrugsforeningen apple-pay google-plus instagram interact jcb litecoin maestrooo mastercard paypal pinterest stripe tumblr twitter vimeo rss visa youtube lock video-play sale model badge view-in-space video badge
Radiculopathie cervicale : qu’est-ce que c’est ?
Plus communément appelé « nerf pincé », la radiculopathie cervicale peut entraîner de vives douleurs qui naissent au niveau du cou, et qui irradient jusque dans le bras ou la main. Alors, à quoi est due l’apparition de cette pathologie ? Quels sont les symptômes qui se rattachent à elle ? Comment réalise-t-on le diagnostic ? Comment soulager les douleurs, de jour comme de nuit ? On vous dit tout dans ce guide spéciale radiculopathie cervicale.
Play
Écoutez cet article
0:00 / 0:00
Alexis Dimino
Alexis Dimino
Ostéopathe D.O.
Sommaire de l'article

Radiculopathie cervicale : qu’est-ce que c’est ?

Un nerf pincé se produit lorsque trop de pression est exercée sur un nerf par les tissus environnants, comme les os, le cartilage, les muscles ou les tendons.

Lorsqu’une pathologie comme la hernie discale cervicale par exemple, induit une compression d’une racine cervicale, on parle de radiculopathie cervicale. Lorsqu’elle comprime la moelle épinière, on parle de myélopathie.

Les douleurs d’une radiculopathie cervicale peuvent être aiguës ou chroniques et avoir une évolution légère ou sévère.

 

Quelles sont les causes des radiculopathies cervicales ?

Les radiculopathie cervicales sont dues à des altérations dégénératives des disques intervertébraux, des ligaments, des vertèbres ou des articulations facettaires.

Ces problèmes de santé naissent à cause de diverses pathologies, telles que :

  • La hernie discale cervicale ;
  • La ­sténose du canal rachidien ;
  • La spondylose cervicale.

La hernie discale cervicale

Lorsque l’on souffre de hernie discale cervicale, les risques de coincer un nerf sont importants.

Les tissus qui sont situés entre les os de la colonne vertébrale sont appelés disques intervertébraux : ils sont composés d’un noyau mou, et créent une articulation entre chacun des os de la colonne vertébrale, permettant une bonne amplitude de mouvements. Lorsque la couche externe d’un disque se déchire, le noyau mou peut être poussé vers l’extérieur, provoquant une hernie discale cervicale.

L’avancement de l’âge est le principal coupable de l’arrivée de la hernie discale cervicale, car les disques de la colonne vertébrale perdent en souplesse et en élasticité.

Cette pathologie entraîne des douleurs au cou, qui peuvent irradier vers le bras ou l’épaule. Des engourdissements, des fourmillements et des picotements peuvent également être ressentis. Une faiblesse au niveau des muscles peut être observée. Lorsque l’on souffre de hernie discale cervicale, la douleur est généralement intense et aiguë, et peut parfois entraîner la compression de racines cervicales : c’est alors que naît la radiculopathie cervicale.

La sténose du canal rachidien

La sténose du canal rachidien est une affection provoquée par le rétrécissement du canal rachidien. En général, cette pathologie survient avec l’âge. En vieillissant, le canal rachidien change de taille ou de forme : en temps normal, l’ouverture entre les vertèbres est suffisamment grande pour accueillir les fibres nerveuses qui émergent de la moelle épinière, mais lorsque cette ouverture se réduit, les nerfs peuvent être comprimés, entraînant ainsi des radiculopathie cervicales.

Les ligaments vertébraux se durcissent, les os et les articulations s’élargissent, les disques intervertébraux peuvent se gonfler et les vertèbres peuvent se déplacer. Résultat ? Une douleur intense et un inconfort permanent se font alors ressentir. Les symptômes sont semblables à ceux qui sont observés en cas de hernie discale cervicale, même si les douleurs progressent ici plus lentement.

Les impressions de décharges électriques, les fourmillements, les sensations de brûlures et les engourdissements sont ressentis au niveau du bras. La sténose du canal rachidien peut également entraîner de vives douleurs dans les fesses, ou des fourmillements au niveau de la cuisse ou de la jambe lorsque vous êtes en position debout.

La spondylose cervicale

Cette pathologie se caractérise par une dégénérescence des os du cou et des vertèbres. La moelle épinière au niveau cervical se trouve alors comprimée, entraînant des douleurs intenses. L’arthrose cervicale est la cause la plus fréquente de spondylose cervicale.

Si la moelle épinière est comprimée, on observe une altération de la marche chez le patient. Les mouvements des membres inférieurs peuvent devenir saccadés, et la marche instable. Le cou devient douloureux et moins souple. Des spasmes sont observés au niveau des jambes, ou au niveau des mains.

 

Quels sont les symptômes d’une radiculopathie cervicale ?

En cas de radiculopathie cervicale, c’est la racine nerveuse C7 qui est la plus fréquemment touchée, suivie de la C6.

Le patient ressent des douleurs intenses, qui débutent au niveau de la nuque et qui irradient parfois dans le bras et les doigts en passant par la ceinture scapulaire, constituée de la clavicule et de l'omoplate.

Lorsque l’on souffre d’une radiculoapathie cervicale, des déficits sensoriels et moteurs sont également ressentis : la sensibilité diminue, et le patient ressent également des fourmillements, des engourdissements, des sensations de brûlures, de picotement, de moiteur ou de froid. Une paralysie partielle, entraînant une diminution de la force musculaire, ainsi qu’une diminution des réflexes ostéo-tendineux peuvent également être observés.

 

Diagnostic de la radiculopathie cervicale

Le diagnostic d’une radiculopathie cervicale doit être effectué avec précaution : le médecin s’assurera d’avoir écarté auparavant des pathologies plus graves qui nécessitent une réorientation du patient.

Un examen neurologique conventionnel permet de suivre l’évolution des symptômes, mais ne donne pas la possibilité de déterminer la racine atteinte. Les questionnaires, comme celui de l’index de handicap cervical ou NDI (Neck Disability Index), permettent au patient de classer les difficultés qu’il rencontre à exécuter certaines activités de la vie quotidienne.

Afin de diagnostiquer la radiculopathie cervicale, l’imagerie par résonance magnétique (IRM) est souvent nécessaire. Elle permet une bonne différenciation des tissus mous, et donnera la possibilité d’observer quels sont les nerfs touchés.

 

Comment soulager une radiculopathie cervicale ?

Une activité physique réduite

Pour soulager les symptômes de la radiculopathie cervicale, l’activité physique devra être réduite. Afin de diminuer au maximum la pression ressentie sur les nerfs, le repos est de mise. Si vous sollicitez trop le nerf touché, les symptômes ne manqueront pas de s’aggraver.

La posture

Prendre soin de sa posture est essentiel pour ne pas aggraver les symptômes de la radiculopathie cervicale. Si vous restez assis devant un ordinateur pendant plusieurs heures, ou si vous restez debout sur une longue période sans faire attention à  votre posture, vous risquez de renforcer les dommages causés sur le nerf.

Ainsi, en journée, les chaises ajustables ou les reposes nuque pourront vous aider à soulager la pression exercée sur le nerf.

Les oreillers cervicaux la nuit

La nuit, vous devrez opter pour un oreiller mémoire de forme de qualité. C’est ce qui vous permettra de placer votre cou dans le prolongement de votre tête et de votre colonne vertébrale, le tout sans exercer le moindre point de pression ou la moindre torsion sur vos cervicales.

Pour trouver un oreiller cervical de qualité, vous devrez vous tourner vers la mousse à mémoire de forme : elle est viscoélastique et thermosensible, ce qui signifie qu’elle se déforme sous la chaleur de votre corps afin d’en épouser les contours. Votre nuque est enveloppée, et maintenue avec douceur en bonne position toute la nuit, vous évitant ainsi de faire pression sur le nerf douloureux.

Un oreiller rectangle

Afin de soulager les symptômes liés à la radiculopathie cervicale, vous aurez besoin d’un oreiller rectangle : grâce à cette forme, seules votre tête et votre nuque sont maintenues. Vos épaules butent contre le rebord de l’oreiller, ce qui vous permet de tenir une posture idéale.

Un oreiller constitué d’un bloc de mousse

Optez pour un oreiller constitué d’un seul et unique bloc de mousse à mémoire de forme, et non de mousse en flocon. La mousse en flocon s’éparpille dans le garnissage, faisant des paquets et créant des torsions et des points de pression. La mousse en bloc ne bouge pas dans l’oreiller, elle offre un confort homogène et un parfait maintient nuit après nuit.

Un oreiller adapté à votre morphologie

Optez pour un oreiller adapté à votre morphologie. Plus votre morphologie est fine, plus vous devrez vous tourner vers les oreillers moelleux. Si vous vous tournez vers un oreiller trop ferme, les points de pression ne manqueront pas d’arriver, et les douleurs associées à votre radiculopathie cervicale se feront ressentir.

Si vous avez une morphologie M ou L, les oreillers mi- fermes seront adaptés, car ils vous offriront un meilleur soutien. Et si vous avez une morphologie XL ou XXL, ce sont les oreillers fermes et très fermes qui feront votre bonheur.

Un oreiller adapté à votre position de sommeil

Si vous dormez sur le ventre, vous devrez vous tourner vers les oreillers cervicaux fins, qui mesurent au maximum 9 cm d’épaisseur. Les oreillers trop épais pourraient créer des torsions, et créeraient des pressions au niveau de votre nerf sensible, aggravant ainsi les symptômes de votre radiculopathie cervicale.

Si vous dormez sur le dos, les oreillers mi- épais, d’environ 11 cm d’épaisseur, seront parfaits. Ils vous permettront de ne faire pencher votre tête ni trop en avant, ni trop en arrière.

Si vous dormez sur le côté, les oreillers à mémoire de forme épais sont les bienvenus : ils vous permettront de combler le vide entre la nuque et le matelas, et d’apporter un bon maintien au cou. Pour éviter de solliciter votre nerf pincé, c’est indispensable.

Pour trouver l’oreiller qui correspond à vos critères, ce test de 8 questions vous accompagne : il vous permet de faire le point sur votre position de sommeil, votre morphologie, vos préférences de confort et vos problèmes de santé afin de vous guider vers un oreiller sur-mesure !

Le yoga

Les étirements de yoga peuvent soulager la pression sur le nerf. Attention à ne jamais forcer pour réaliser le moindre mouvement : vous risqueriez d’aggraver les symptômes.

Les massages 

Afin de soulager les tensions ressenties au niveau du nerf, vous pouvez réaliser des auto- massages doux : autour de la zone douloureuse (et non directement sur la zone douloureuse), exercez une pression douce en massant délicatement avec une huile végétale.

Les exercices de kinésithérapie

Les exercices d’étirements prodigués par les kinésithérapeutes vous aideront à lutter contre la douleur.

  • Vous devrez commencer par mettre votre cou en extension: pour y parvenir, allongez-vous sur une table ou un lit et alignez le bas de votre cou avec le bord. Très lentement, abaissez votre tête en arrière et laissez-la pendre : maintenez cette position pendant une minute, et répétez l’exercice 5 à 15 fois par jour ;
  • Vous pouvez également vous allonger sur le ventre sur une table ou un lit, la tête suspendue : levez doucement la tête en l’air, en tendant votre cou contre la gravité, et maintenez la position pendant 10 secondes environ. Répétez l’exercice 15 fois ;
  • Pour soulager votre nuque, vous pouvez vous allonger sur le dos, en plaçant votre tête à plat sur le lit. Rentrez doucement votre tête afin de faire un double menton. Maintenez cette position environ 5 à 10 secondes, puis relâchez. Répétez le mouvement 15 fois ;
  • Afin de détendre votre cou, mettez-vous en position assise et détendez vos épaules. Inclinez ensuite doucement votre tête sur le côté, comme si vous vouliez toucher votre épaule avec votre oreille. Maintenez cette position pendant 30 secondes. Vous pouvez répéter cet exercice 5 fois par jour.

Attention toutefois : si vous notez que l’un de ces exercices nourrit la douleur, stoppez-le immédiatement. L’objectif ici est de vous aider à diminuer la douleur grâce à des étirements adaptés.

Les médicaments

La prise d’antalgiques, d’un traitement anti-inflammatoire adapté, ou de corticostéroïdes est le traitement de premier choix pour soulager la radiculopathie cervicale.

La chirurgie

La radiculopathie cervicale peut nécessiter une intervention neurochirurgicale lorsqu’un déficit neurologique moteur apparaît de manière brusque, ou lorsqu’il est progressif sous traitement conservateur.

Vous l’aurez compris : pour soulager les douleurs liées à la radiculopathie cervicale, les exercices d’étirements quotidiens, les séances de kinésithérapie ainsi que des outils (reposes nuque, oreillers et chaises) adaptés sont indispensables.

Quel oreiller est fait pour moi ?
Je fais le test