plus minus cross arrow-left arrow-right arrow-bottom cart dropdown-arrow next previous heart search tick amazon-payment amex bitcoin cirrus diners-club discover dk dogecoin facebook fancy forbrugsforeningen apple-pay google-plus instagram interact jcb litecoin maestrooo mastercard paypal pinterest stripe tumblr twitter vimeo rss visa youtube lock video-play sale model badge view-in-space video badge

30 nuits d'essai

Livraison et retours offert

Garantie 3 ans

Paiement en 3x sans frais

30 nuits d'essai

Livraison et retours offert

Garantie 3 ans

Paiement en 3x sans frais

Tout savoir sur l’arthrodèse

L’arthrodèse est un acte chirurgical qui permet de fusionner plusieurs vertèbres entre elles. Elle permet de soulager de nombreux problèmes de santé, tels que les lombalgies, les sténoses, les hernies discales ou encore les déformations de la colonne vertébrale. Alors, comment se passe une arthrodèse ? Quelles sont les conséquences d’une telle opération chez un patient ?

Alexis Dimino
Alexis Dimino
Ostéopathe D.O.
Sommaire de l'article

Qu’est-ce qu’une arthrodèse ?

L’arthrodèse est un l’acte chirurgical qui vise à fusionner plusieurs vertèbres adjacentes entre elles. Le but de cette opération est de limiter toute mobilité sur le long terme. Il est possible de réaliser une arthrodèse par voie antérieure, postérieure ou latérale.

Afin de fixer les vertèbres, du matériel est utilisé, tel que des vis, des tiges et des plaques métalliques. Il n’est généralement pas nécessaire d’enlever ce matériel, car il n’est pas gênant pour le patient.

Une arthrodèse est une intervention à durée variable : le temps nécessaire afin de réaliser cette opération chirurgicale dépend de plusieurs critères :

  • Combien d’actes doivent être réalisés ?
  • Combien de vertèbres sont concernées ?
  • Dans quelle zone faut-il intervenir ?

Avant de réaliser une arthrodèse, une laminectomie est généralement pratiquée en amont. Elle permettra de prélever et d’associer une greffe osseuse en plus du matériel d’arthrodèse. Grâce à cette étape, l’ensemble des vertèbres pourra être solidifié, et le patient pourra cicatriser sur le moyen-long terme. 👨‍⚕️

Arthrodèse : dans quel cas propose-t-on cette intervention ?

Quand réaliser une arthrodèse ?

Il est possible d’avoir besoin d’une arthrodèse dans plusieurs cas de figure, et notamment le traitement de :

  • Une hernie discale : il s’agit d’un déplacement anormal d’un disque intervertébral. Ce déplacement entraîne une compression du nerf, qui peut provoquer des sciatiques ou des cruralgies ;
  • Un spondylolisthésis lombaire : l’arthrodèse est la plupart du temps requise en cas de spondylolisthésis lombaire. Il s’agit d’un glissement d’une vertèbre par rapport à une autre, qui peut toucher les racines nerveuses proches de la colonne vertébrale et la moelle épinière ;
  • Douleurs lombaires ;
  • Une déformation de la colonne vertébrale : si le patient souffre d’une déformation de la colonne vertébrale, l’arthrodèse rachidienne peut être requise afin de permettre au patient de retrouver une agilité usuelle de sa colonne vertébrale ;
  • Une blessure ou une fracture de la colonne vertébrale : après un choc, une blessure ou une fracture, l’arthrodèse permettra de solidifier les disques ou les vertèbres endommagés ;
  • Une discopathie dégénérative ou une dégénérescence discale : ce problème de santé entraîne une détérioration progressive du disque intervertébral. En effet, avec l’âge, le disque ne peut plus assurer aussi bien sa fonction. Or, les disques intervertébraux séparent et assurent le mouvement des vertèbres les uns par rapport aux autres. En cas de discopathie, le patient perd alors sa mobilité et doit subir d’importantes douleurs au dos : l’arthrodèse intervient comme une solution à ce vieillissement des disques ;
  • Une sténose spinale : il s’agit d’un rétrécissement d'une partie de la colonne vertébrale par laquelle passe la moelle épinière. Ce passage est appelé le canal rachidien. Les conséquences de ce problème de santé sont des symptômes douloureux chroniques et parfois invalidants pour la personne qui en souffre ;
  • Une hypermobilité segmentaire : il s’agit d’une mobilité accrue des articulations situées entre les vertèbres. Le symptôme principal de ce problème de santé est le mal de dos. Il est causé par des troubles génétiques dans le développement de la colonne vertébrale.

Comment se passe une arthrodèse ?

Il est possible de réaliser une arthrodèse rachidienne par voie conventionnelle, ou par voie mini invasive.

La chirurgie mini-invasive traumatise moins les zones affectées, à savoir les muscles et les tendons. La lésion est beaucoup plus petite, et cela représente plusieurs avantages pour le patient. Tout d’abord, le risque d’infection (staphylocoque doré) est beaucoup plus faible. Ensuite, le temps de récupération et le réveil sont plus faciles en cas de chirurgie mini-invasive : en effet, l’acte étant moins invasif, le réveil est plus simple à gérer pour le patient. Enfin, grâce à ce type d’opération, le temps d’hospitalisation est beaucoup plus court, et la rééducation post-opératoire est plus rapide.💉

Rééducation post-opératoire

 

Les risques de l’arthrodèse

Certains risques ne sont pas directement liés à l’opération en elle-même, mais davantage à l’anesthésie générale et à l’ensemble des interventions chirurgicales de la colonne vertébrale.

Ici, plusieurs critères doivent être pris en considération, à savoir l’état de santé du patient, ses facteurs de risques, ses antécédents, ou encore son âge.

Certains risques sont rarement observés, mais peuvent tout de même apparaître à savoir :

  • Une embolie pulmonaire, qui cause l’apparition d’une phlébite dans les membres inférieurs ;
  • Des troubles du transit ;
  • Des troubles urinaires ;
  • Un risque de transmission de maladie virale ou bactérienne, si le patient est transfusé.

Les conséquences de l’arthrodèse ?

Après une arthrodèse, le patient est hospitalisé pendant une semaine. Il peut se lever dès le lendemain de l’opération, sous la supervision d’un kinésithérapeute.

Afin de limiter au maximum les contraintes sur la colonne vertébrale, la position assise est privilégiée. Le patient pourra également avoir besoin de porter un corset lombaire sur mesure, afin d’immobiliser la zone opérée.

Chez certains patients, pendant les 24 h qui suivent l’opération, une incapacité à uriner peut être observée. Elle est causée par la morphine et l’anesthésie générale. Des troubles du transit (constipation ou ballonnements sont également observés après l’intervention due à un ralentissement du transit résultant de l’anesthésie générale).

En outre, certains patients ont besoin d’une transfusion sanguine. Des séances de rééducation seront ensuite nécessaires, pour que le patient puisse retrouver toute sa mobilité. La marche à pied est un très bon moyen de se relancer dans des activités normales. Les activités sportives sont autorisées à partir du troisième mois.

Afin d’éviter les contraintes au niveau de la colonne vertébrale la nuit, pensez à vous équiper d’un oreiller mémoire de forme : il place votre tête et votre nuque dans le prolongement de la colonne vertébrale, pour éviter de ressentir le moindre point de pression. 

Quel oreiller est fait pour moi ?
Je fais le test