plus minus cross arrow-left arrow-right arrow-bottom cart dropdown-arrow next previous heart search tick amazon-payment amex bitcoin cirrus diners-club discover dk dogecoin facebook fancy forbrugsforeningen apple-pay google-plus instagram interact jcb litecoin maestrooo mastercard paypal pinterest stripe tumblr twitter vimeo rss visa youtube lock video-play sale model badge view-in-space video badge Trouvez votre oreiller Trouvez votre oreiller

30 nuits d'essai

Garantie 3 ans

Livraison et retours offert

Paiement en 3x sans frais

30 nuits d'essai

Garantie 3 ans

Livraison et retours offert

Paiement en 3x sans frais

E-boutique
Découvrez tous les liens entre sommeil et TDAH
Les personnes atteintes de TDAH (trouble déficitaire de l'attention avec ou sans hyperactivité) ont un risque plus élevé de développer des troubles du sommeil tels que l'apnée obstructive du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, le trouble du rythme circadien du sommeil ou encore, les parasomnies. Alors, quels sont les liens entre TDAH et sommeil ? On vous dit tout !
Benjamin
Conseiller de vos nuits
Sommaire de l'article

Les symptômes du TDAH

Le TDAH (Trouble Déficit de l'Attention avec ou sans Hyperactivité) affecte le champ d’attention et la concentration et peut s’accompagner d’impulsivité et d’hyperactivité. Il est généralement diagnostiqué pendant l'enfance, mais peut également durer jusqu’à l’âge adulte.

Chez les enfants non traités, on trouve davantage de troubles du sommeil, par rapport aux enfants traités, tels que :

  • Un sommeil plus fragmenté ;
  • Des problèmes d’endormissement ;
  • Des réveils matinaux précoces ;
  • Des parasomnies (somnambulisme, terreurs nocturnes, paralysies du sommeil, cauchemars, énurésies...) ;
  • La narcolepsie ;
  • Des troubles respiratoires ;
  • Troubles du rythme circadien ;
  • Une somnolence diurne.

Le TDAH et le syndrome des jambes sans repos

Le syndrome des jambes sans repos est souvent associé au TDAH. Ce trouble se caractérise par une impatience des membres inférieurs : fourmillements, sensations de brûlure, picotements, gênes au niveau des jambes (parfois au niveau des bras). Ces sensations sont soulagées par le mouvement. Ce trouble provoque également des mouvements périodiques involontaires des jambes pendant le sommeil.

Le TDAH et l’apnée du sommeil

Les enfants atteints de TDAH sont plus susceptibles de faire de l’apnée du sommeil. On repère ce syndrome à l’aide de deux symptômes principaux : les ronflements et les pauses respiratoires pendant le sommeil (apnées).

Des profils « éveil » et des profils « sommeil »

Il y aurait plusieurs profils de TDAH, à savoir, un profil sommeil (troubles pendant le sommeil) et un profil éveil (trouble pendant la période d’éveil) :

  • Le profil « sommeil » : ces sujets ont une motricité excessive pendant le sommeil ou doivent faire face à des problèmes d’endormissement. Cette motricité consiste en des impatiences ou fourmillements dans les jambes (syndrome des jambes sans repos), qui sont désagréables et peuvent apparaître dès le moment du coucher ;
  • Le profil « éveil » : ces sujets sont davantage sensibles à l’endormissement dans la journée (narcolepsie, somnolence diurne...).

THAD : une influence sur la production de mélatonine

Notre horloge interne est réglée avec la lumière du jour. Lorsque la lumière du jour entre en contact avec nos yeux, le cerveau envoie un signal à votre corps, lui indiquant d’augmenter la température corporelle et de commencer à sécréter des hormones telles que le cortisol, afin de modifier l’activité électrique du cerveau. Le soir, lorsque l’obscurité apparaît, cela génère la production d’hormones du sommeil, telle que la mélatonine. Or, chez les adultes atteints du TDAH, la production de mélatonine est souvent à retardement : ce dérèglement empêche le cycle veille-sommeil de se synchroniser. C’est ce retard de production de la mélatonine qui est à l’origine de nombreux troubles du sommeil, comme les troubles du rythme circadien, fréquents chez les personnes atteintes de TDAH.

Les solutions pour contrer les problèmes de sommeil 

Pour lutter contre les problèmes de sommeil chez les personnes atteintes de TDAH, plusieurs solutions existent :

  • L’activité cardiovasculaire : réalisez au moins 20 minutes d’exercice par jour, pour améliorer votre endormissement le soir venu ;
  • Consommez des suppléments de mélatonine, que vous pourrez trouver en pharmacie ;
  • Tamisez les lumières chez vous immédiatement après le dîner, et évitez les lumières bleues des écrans d’ordinateur ou de smartphone, et ce, au moins deux à trois heures avant d’aller au lit ;
  • Ecoutez des bruits blancs le soir ;
  • Relevez-vous si vous n’arrivez pas à trouver le sommeil. En effet, lorsque le sommeil tarde à venir, au lieu de tourner sans cesse dans votre lit, il peut être judicieux de vous lever un peu. Lisez quelques pages d’un livre, pendant une vingtaine de minutes, avant d’éteindre à nouveau la lumière pour vous rendormir ;
  • Gardez votre routine de coucher et vos horaires de sommeil le week-end, pour ne pas dérégler votre horloge biologique ;
  • Lisez le soir, pour vous changer les idées et pour éviter de trop réfléchir à votre journée du lendemain ou à celle qui vient de s’écouler.

Les pratiques de pleine conscience pour apaiser le sommeil chez les personnes TDAH

Le TDAH est souvent associé à des problèmes d’anxiété et de dépression, ainsi qu’à un dysfonctionnement exécutif. La difficulté à planifier et la dysrégulation émotionnelle se manifestent souvent par l’impulsivité ou l’agressivité.

Anxiété, Agressivité, Impulsivité, les personnes souffrant de TDAH sont sujettes à de multiples variations émotionnelles qui peuvent troubler le coucher

Une étude publiée dans la revue scientifique Mindfullness a permis de mettre en avant les bénéfices des interventions thérapeutiques basées sur la pleine conscience (telles que la méditation, le yoga, la respiration profonde et la visualisation du corps), sur ces symptômes qui atteignent les personnes atteintes de TDAH.

Cette analyse a été dirigée par la professeure Hélène Poissant, du Département d'éducation et pédagogie de l’Université du Québec à Montréal, en collaboration avec les professeurs Adriana Mendrek, de l’Université Bishop’s, et Jhon Alexander Moreno et Stéphane Potvin, respectivement du Département de psychologie et du Département de psychiatrie et d’addictologie de l’Université de Montréal. L’étude en question indique que ces pratiques de pleine conscience permettent aux adultes atteints d’un trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) de réduire leurs symptômes, et d’améliorer le sommeil. Les résultats de l’étude indiquent que les approches de pleine conscience réduisent de façon importante l'inattention et l'hyperactivité ou l’impulsivité, en calmant notamment l’anxiété et l’intensité de la dépression des personnes atteintes.

Vous pouvez vous lancer avec la méditation pleine conscience : il s’agit d’une adaptation de la méditation bouddhiste, qui a pour but de combattre l’angoisse, le stress, la maladie et la douleur. Elle se pratique avec des exercices mentaux qui permettent d’être conscient de l’instant présent, de vos ressentis et de vos sensations.

De nombreuses applications ou vidéos en ligne peuvent vous aider à faire vos premiers pas avec ces exercices de méditation. Il existe également des méthodes afin d’apprendre à pratiquer la méditation avec un enfant. Tapez simplement “méditer comme une grenouille” sur Youtube et laissez-vous guider !

La couverture lestée
La couverture lestée
89,00€
Voir le produit
Quel oreiller est fait pour moi ?
Je fais le test