Les bienfaits de la sieste sur la mémoire cognitive

Les bienfaits de la sieste sur la mémoire cognitive

Vous le savez, la qualité du sommeil joue un grand rôle sur votre organisme. Après une longue nuit de qualité, vos batteries sont rechargées, votre système immunitaire est renforcé, et vous vous sentez de bonne humeur ! Pourtant, les bienfaits du sommeil ne s’arrêtent pas là : essentiel pour votre cerveau, bien dormir améliore votre créativité, vos facultés d’apprentissage et votre mémorisation ! Alors, faut-il nécessairement une nuit entière pour booster votre mémoire ? La sieste peut-elle jouer également un rôle sur votre mémoire cognitive ? On fait le point ! 🔎

 

Sommeil et mémoire : un fait avéré !

Le lien entre le sommeil et la mémoire cognitive est très étroit. En amont, le sommeil met votre cerveau dans de bonnes conditions afin d’encoder des informations durant la journée. Dormir prépare donc votre cerveau à apprendre de façon efficace ✅.

Puis, la nuit venue, le sommeil va venir consolider la mémorisation de ces apprentissages, afin d’en faire une mémoire durable. Vous en avez peut-être déjà fait l’expérience, lors de vos études par exemple. En apprenant une leçon le soir, les informations ne semblent pas toutes intégrées lorsque vous allez vous coucher. Pourtant, au réveil, vous vous souvenez de tout ! Votre mémoire a été consolidée, à chaque étape du sommeil.

Une mémoire renforcée à chaque phase du sommeil

Tout d’abord, lors du sommeil léger, puis profond (les étapes qui suivent l’endormissement), c’est votre mémoire déclarative qui est consolidée. Aussi appelée mémoire explicite, elle est constituée de nos souvenirs et de nos connaissances.

Lors du sommeil paradoxal (phase du sommeil durant laquelle nous rêvons), c’est la mémoire procédurale qui est renforcée. C’est celle de nos savoir-faire, nos habiletés motrices et perceptives.

Attention à la qualité du sommeil

Il ne suffit pas de dormir plus longtemps pour améliorer sa mémoire. Lorsque vous dormez 8 heures, votre cerveau traverse plusieurs cycles de 90 minutes.

Ces derniers sont constitués du sommeil léger, puis du sommeil profond et enfin du sommeil paradoxal, qui, nous l’avons vu, vous permettent tous de renforcer votre mémoire cognitive.

Mais attention : si votre sommeil est perturbé, et que vos cycles ne sont pas réguliers (insomnies, réveils nocturnes, apnée du sommeil…), vos troubles peuvent avoir des répercussions négatives sur les différentes formes de mémoire 🤯.

En bref, si vous améliorez la qualité de votre sommeil, vous renforcez votre mémoire déclarative et procédurale. Oui, prendre soin de son sommeil est encore plus précieux que vous ne le pensiez…

Mais alors, peut-on améliorer sa mémoire cognitive en faisant une simple sieste ? Ou bien a-t-on besoin d’une nuit complète pour réussir à consolider nos connaissances ?

 

 

Faire la sieste a-t-il un impact sur votre mémoire cognitive ?

Puisque le sommeil possède des effets avérés sur votre mémoire, est-ce que la sieste peut également vous en faire bénéficier ? Eh bien oui ! Mais pour qu’elle ait un impact réel sur votre mémoire, voici plusieurs astuces à adopter :

Écouter son rythme circadien

Vous devez attendre 6 à 8 heures après votre réveil pour faire votre petite sieste. En effet, cette envie répond à un signal donné par notre horloge biologique. Dès les premiers signes de fatigue, il est temps de vous isoler !

Quelle durée pour une vraie consolidation de la mémoire ?

La sieste favorise la mémorisation et permettrait d'assimiler de nouvelles données. En effet, durant ce court temps de repos, le cerveau bénéficie d’une remise à neuf ! La sieste ne ravive pas seulement votre vigilance, mais remet vos neurones en place en seulement 15 à 20 minutes.

Si les très grandes entreprises comme Apple ou Google permettent à leurs salariés de prendre un temps de repos pour la sieste, ce n’est pas pour rien. Ces siestes flash facilitent l’apprentissage, et vous permettent d’être ainsi plus productif. Elles nettoient votre cerveau, afin qu’il puisse absorber de nouvelles informations.

À Berkley, une étude a indiqué qu’une sieste qui dure une heure peut considérablement augmenter votre capacité à mémoriser les informations. La sieste fonctionne alors comme une sorte de redémarrage, lors de laquelle la mémoire à court terme est vidée. Une sieste de 60 minutes vous aide à faire le tri dans les informations que votre cerveau a reçu : vous arrivez ainsi à vous souvenir des noms, des faits, des visages… Au réveil, votre cerveau est « actualisé », et puisque les informations qui ne vous sont pas essentielles ont été triées, vous avez de la place pour en intégrer de nouvelles ! Le seul bémol : en optant pour une sieste d’une heure, vous éprouvez une légère somnolence au réveil… Mais puisque les atouts sur votre mémoire cognitive sont bien là, cette petite inertie vaut peut-être le coup, non ?

La qualité de la sieste est essentielle

Pour réussir à consolider votre mémoire, vous devez tout faire pour maximiser la qualité de votre sieste. Choisissez impérativement un endroit calme où vous ne serez pas réveillé, et optez pour une position qui permet à votre corps de se relâcher. Vos jambes et vos bras doivent être décroisés, et dans la mesure du possible, optez pour une position allongée : votre tête, votre nuque, votre colonne vertébrale doivent être parfaitement alignées, pour ne ressentir aucune contracture et aucune torsion. Pour être certain d’apporter à votre corps l’apaisement dont il a besoin, les oreillers ergonomiques à mémoire de forme sont une solution intéressante. Pour bien le choisir, ce petit test de 7 questions pourrait bien vous être utile !

 

Pour consolider votre mémoire cognitive, vous avez désormais toutes les cartes en mains : votre sieste doit durer une heure, et être effectuée dans un environnement optimal ! Prêt à faire travailler votre mémoire en dormant ? 😴