Dépression et sommeil : comment sont-ils liés ?

Dépression et sommeil : comment sont-ils liés ?

S’il est un lien particulièrement fort, c’est celui que la dépression et le sommeil ont bâti.

Vous souffrez depuis quelques temps de troubles du sommeil ? Vos nuits sont agitées, et les insomnies ne sont pas rares ? Et s’il s’agissait d’une dépression ? Le manque de sommeil a-t-il un impact sur les comportements dépressifs ? Quelles solutions s’offrent à vous pour enfin calmer vos nuits ?

 

Dépression et sommeil : un lien très étroit

La dépression entrave le sommeil

La dégradation du sommeil est l’un des symptômes de la dépression. Lorsque vous êtes dépressif, votre sommeil est de mauvaise qualité : vous avez du mal à profiter du sommeil profond. Vos réveils intempestifs et réguliers vous maintiennent en phase de sommeil léger presque toute la nuit. Résultat : vous vous levez fatigué, avec l’impression de ne pas avoir dormi de la nuit 😫

Vous subissez des problèmes d’endormissement, et vous vous réveillez souvent de façon précoce, très tôt le matin.

Vous êtes sujets aux insomnies, et vous passez des heures à vous tourner et à vous retourner dans votre lit : vos idées noires vous empêchent de trouver le sommeil, et le stress s’empare facilement de vous. Et si vous souhaitez savoir comment le stress et le manque de sommeil sont liés, notre article dédié vous accompagne !

Le manque de sommeil induit la dépression

Le sommeil est important car il possède de nombreuses vertus. Il aide non seulement votre corps à retrouver de l’énergie nuit après nuit, mais il est également le garant de votre santé mentale.

À l’inverse, le manque de sommeil provoque un impact important sur votre humeur. Fatigué, vous subissez une hyperréactivité émotionnelle. Stress, angoisse, énervement, tristesse : vous arrivez moins à gérer ces émotions négatives, qui ont parfois le dessus sur vous.

D’après certaines études, le manque de sommeil est une porte d’entrée à la dépression. L’une de ces études s’est penchée sur une zone du cerveau appelée amygdale. Celle-ci joue un rôle important dans la gestion de nos émotions, dont la peur, l’anxiété et la tristesse. Lorsqu’on prive un groupe de personnes de sommeil durant 35h, leur amygdale réagit plus fortement à des images tristes que les personnes qui n’ont pas été privées de sommeil.

Face à ce constat, indiquant qu’un sommeil de mauvaise qualité amène les dormeurs à des états dépressifs, les chercheurs de l’université d’Oxford ont mis au point un programme de lutte contre l’insomnie, dans le but de réduire ces troubles. Alors, comment agir sur vos nuits pour redonner un coup de peps à votre moral ?

 

 

Dépression et sommeil : comment calmer ses nuits ?

Se coucher à heures régulières

Le premier conseil à suivre, pour réussir à ré-apprivoiser vos nuits, c’est de vous créer un rythme régulier. Levez-vous et couchez-vous à la même heure chaque soir : de cette façon, vous recadrez votre rythme circadien, et indiquez à votre cerveau que l’heure de dormir approche. Cette habitude vous aide ainsi à éloigner les problèmes d’endormissement auxquels vous faites face.

Quitter le lit lorsque vous n’arrivez pas à dormir

Votre lit ne doit pas être un lieu stressant. En y restant des heures pour vous tourner et vous retourner, votre chambre devient la représentation physique de vos insomnies, et alimente vos angoisses liées au sommeil.

Lorsque vous sentez que vous n’arrivez pas à dormir, quittez votre lit : allez faire quelques pas dans votre maison, et posez-vous sur le canapé pour pratiquer une activité très calme (lecture, méditation, techniques de respiration, exercices de relaxation, écriture…📖), loin des écrans ! Pas de télé, pas de smartphone, pas de tablette ni d’ordinateur.

Pour éloigner les troubles dépressifs grâce au sommeil, lorsque vous sentez que la fatigue re-pointe le bout de son nez, retournez au lit !

Opter pour un oreiller de qualité

Pour mieux dormir et bénéficier d’un sommeil réparateur, attention à vous armer d’un oreiller de qualité. Il doit permettre à votre corps de se détendre à 100 %. En posant votre tête sur l’oreiller, tous les muscles de votre nuque et de votre colonne vertébrale doivent réussir à se relâcher. C’est grâce à cette relaxation totale que vous profiterez d’une grande qualité de sommeil.

Pour atteindre cet objectif, votre oreiller ne doit pas être choisi au hasard : optez pour un oreiller de préférence à mémoire de forme, totalement adapté à votre morphologie, à votre position de sommeil et à vos éventuels problèmes de santé (douleurs aux cervicales, transpiration, migraines…). Commencez par effectuer ce petit test de 7 questions : il vous guidera vers l’oreiller qui vous correspond !

 

Dépression et sommeil sont étroitement liés. Puisque de récentes études nous indiquent que le manque de sommeil n’est pas seulement une conséquence de la dépression, mais qu’il pourrait également être un élément déclencheur des états dépressifs, prenez grand soin de vos nuits ! 😴