Favoriser l’endormissement de votre enfant : 7 solutions

Favoriser l’endormissement de votre enfant : 7 solutions

Votre enfant n’est pas ami avec le sommeil ? Si l’heure d’aller au lit représente une source de stress pour votre tout petit et qu’il appréhende ce moment, il est essentiel de vous tourner vers des solutions qui l’aideront à l’apaiser et qui le réconcilieront avec Morphée. Alors, pourquoi votre enfant a-t-il du mal à s’endormir ? Pourquoi est-il primordial de régler ce problème ? Et enfin, quelles sont les astuces qui vous accompagnent au quotidien pour qu’il passe de douces nuits ? On vous dit tout !

 

Pourquoi mon enfant a-t-il du mal à s’endormir ?

Pour réussir à trouver des solutions efficaces afin de favoriser l’endormissement de votre enfant, il est essentiel de passer par cette première étape : comprendre les causes de ses difficultés d’endormissement.

Les troubles ORL et les maux de ventre 🤧

Si les problèmes d’endormissement sont récents, votre enfant est peut-être malade : les rhinites, les rhinopharyngites, et plus généralement les troubles ORL font partie des causes les plus fréquentes des difficultés d’endormissement rencontrées par les enfants. Dans ces cas précis, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin, qui vous prescrira ce qu’il faut afin d’aider votre enfant à respirer plus facilement pour s’endormir avec plus de facilité.

Par ailleurs, les troubles digestifs peuvent également être à l’origine de difficultés d’endormissement chez l’enfant : dans ce cas précis, il sera essentiel de passer par une alimentation plus saine et moins riche le soir.

L’anxiété 😧

Si le problème d’endormissement dure depuis plusieurs semaines, il est essentiel de vous assurer qu’il ne s’agit pas de troubles anxieux. En effet, les troubles du sommeil sont souvent le reflet de l’anxiété éprouvée par votre enfant. Ainsi, si votre tout petit fait de temps en temps un cauchemar, pas d’inquiétude, cela arrive à tout le monde. En revanche, si ses nuits sont régulièrement perturbées, il sera utile de chercher ce qui peut faire naître de l’anxiété chez lui, afin de pouvoir en venir à bout.

Parmi les causes d’anxiété, on note souvent les périodes de rentrées scolaires, ou les problèmes rencontrés à l’école (il ne s’entend pas avec certains camarades, la récréation se passe mal, il a des problèmes avec l’enseignant). Les périodes de grands changements (déménagements, séparation, deuil, maladie d’un proche…) peuvent également causer de l’anxiété à l’enfant qui aura alors plus de mal à s’endormir. 

 

L’importance du sommeil chez l’enfant

Les troubles du sommeil chez l’enfant (comme chez l’adulte) peuvent avoir de lourdes conséquences à long terme :

  • Votre enfant est irrité, ses humeurs sont très fluctuantes, il s’énerve facilement, a moins de patience que d’habitude et il pleure plus souvent ;
  • Votre enfant assimile moins bien les apprentissages: fatigué, le cerveau ne se régénère pas comme il le devrait la nuit. Résultat ? Une capacité de raisonnement affaiblie, une concentration moins importante, entraînant votre enfant à être distrait plus rapidement en classe, ce qui peut donner lieu à des difficultés scolaires parfois importantes ;
  • Troubles de la mémoire: la nuit, votre cerveau va faire le tri. Ainsi, les données parasites qui ne sont pas utiles sont nettoyées. Votre mémoire sera alors consolidée, en vous aidant à intégrer et stocker ce qui est vraiment essentiel pour vous. Si votre enfant manque de sommeil, sa mémoire sera donc fragilisée ;
  • Dépression: dans certains cas de troubles du sommeil persistants, les sautes d’humeur peuvent se transformer en dépression. En effet, l’amygdale, une zone située dans le cerveau, joue un rôle essentiel dans la gestion de nos émotions, dont la peur, l’anxiété et la tristesse. Lorsque nous manquons de sommeil, nous sommes moins à même de gérer ces émotions : elles nous dépassent, et nous réagissons plus intensément aux sources de stress ou d’anxiété, ce qui peut parfois amener à des états dépressifs.

Les difficultés d’endormissement qui durent sur le long terme ne doivent pas être prises à la légère. En effet, même si dans la plupart des cas, elles sont liées à un problème ponctuel et sont donc passagères et réversibles, il est important d’être vigilant : pour réussir à déceler les troubles du sommeil récurrents, ouvrez l’œil !

 

Les solutions pour aider votre enfant à s’endormir

Interroger l’enfant 🗣

Si vous pensez que votre enfant souffre d’anxiété, n’hésitez pas à l’interroger, afin de vous faire une idée claire sur ce qui peut le perturber. Voici quelques pistes qui peuvent vous guider :

  • S’entend-il bien avec ses camarades de classe ?
  • Comment se passe les temps de récréation ? Joue-t-il avec des camarades ou s’isole-t-il ?
  • Que pense-t-il du maître ou de la maîtresse ?
  • Si vous avez déménagé, demandez-lui s’il aime sa nouvelle maison, son nouvel appartement, sa nouvelle chambre ? S’y sent-il rassuré, apaisé ?

Votre objectif est de le faire parler le plus possible, afin qu’il se confie à vous sur tout ce qui l’entoure, sur tous ses doutes, ses peurs. Écoutez-le attentivement, et essayez de trouver les mots afin de le calmer pour dédramatiser la situation.

Parfois, de tous petits détails peuvent perturber un enfant sensible : c’est en mettant des mots sur ce qui ne va pas que les peurs s’en vont !

Par ailleurs, il arrive que certains enfants éprouvent des difficultés à s’endormir, mais ne viennent pas vous en parler, restant dans leur lit sans vous déranger. Si vous remarquez que votre tout petit est fatigué durant la journée, demandez-lui directement s’il s’endort facilement le soir. En effet, ces insomnies silencieuses peuvent traduire beaucoup d’anxiété. Le dialogue est ici une clé fondamentale.

Exit les écrans 💻

On sous-estime parfois beaucoup le pouvoir des écrans sur nos troubles du sommeil. Pourtant, ils jouent un rôle capital. La lumière bleue qui est générée par les tablettes, la télévision, les ordinateurs et les smartphones dérèglent l’horloge biologique de votre enfant. Les écrans favorisent donc considérablement son état d’éveil, l’empêchant de trouver rapidement le sommeil lorsqu’il se couche.

Ainsi, au moins deux heures avant le coucher, éloignez les écrans de votre enfant (et de vous également !) Proposez-lui de s’occuper autrement, en dessinant, en lisant, en écoutant de la musique, en s’occupant avec ses jouets, ses puzzles.

Laissez-le s’approprier sa chambre 🧸

Peut-être que votre enfant ne se sent pas en sécurité dans sa chambre, ou pas à l’aise. Pour qu’il prenne du plaisir à aller au lit, et qu’il se sente bien dans sa chambre, donnez-lui l’opportunité de se l’approprier. Aidez-le à former un petit cocon de bien-être qui l’apaisera en douceur.

Laissez-le choisir quelques éléments de décoration de sa chambre, tels que la couleur des murs, et l’emplacement de certains de ses meubles et objets de décoration. Créez avec lui un cadre photo avec une photo de vous qui lui plaît et personnalisez-le ensemble : paillettes, gommettes, rubans, stickers, laissez parler son imagination! Et lorsque le moment d’aller au lit arrive, montrez-lui ce petit cadre, pour qu’il comprenne que vous êtes tout proche de lui.  

Pour le rassurer, respectez bien cette règle : la chambre de votre tout petit ne doit contenir que des affaires qui lui appartiennent. C’est sa chambre à lui, il doit être entouré de choses qui lui rappellent qu’il dort dans sa petite bulle de sérénité.

Par ailleurs, ne punissez jamais votre enfant dans son lit. En effet, cet endroit ne doit pas être vu comme une punition : c’est un lieu propice à la détente, au repos, aux rires, au calme.

Évitez les activités sportives avant d’aller au lit 🤸‍♀

Pour que votre enfant s’endorme facilement, dirigez-le vers des activités calmes. Le sport devra être réalisé en journée, ou en fin d’après-midi, au moins deux heures avant le coucher, pour ne pas perturber son horloge biologique.

Pour l’apaiser, adaptez également votre comportement avant le coucher : parlez-lui plus calmement, et faites vos gestes plus doucement.

Préparez votre enfant au sommeil 🌙

N’hésitez pas à rappeler à votre enfant combien de temps il reste avant d’aller au lit. Pour éviter qu’il ne soit surpris à l’annonce du « il est l’heure d’aller dormir », et que le stress ne monte soudainement, ces petits rappels à intervalles réguliers sont essentiels. Dites-lui « Plus qu’une heure pour jouer », et racontez lui le programme de la soirée « On passe à table dans 10 minutes, ensuite on lit une histoire, et après au lit ».

Pour vous aider à atteindre cet objectif, le rituel du soir vous accompagne ! L’idée, c’est de créer un schéma répétitif que vous respecterez chaque soir, qui ne sera pas perturbé par les aléas du quotidien. Vous devez le rassurez en lui offrant de la régularité, et en suivant ce rituel tous les soirs : repas, passage à la salle de bain, lecture d’une petite histoire, un câlin, rassemblement des doudous, veilleuse, et bonne nuit !

Des repas sains le soir 🥗

Évitez les boissons sucrées et les aliments trop riches, qui risquent de causer des problèmes de transit à votre enfant. Pour faciliter son endormissement, optez pour des aliments riches en tryptophane, tels que le parmesan, le persil, le soja, le lait, les graines de courge, de lin, le fromage, les légumineuses (les pois chiches, les haricots noirs, les lentilles…), les dattes ou encore les bananes.

Lui offrir une literie adaptée 🛌

Les oreillers au juste niveau de maintien

Pour lui offrir un environnement de sommeil tout doux, optez pour une literie vraiment adaptée.

L’oreiller de votre enfant doit lui offrir un juste niveau de soutien : en effet, un oreiller trop dense, pourrait faire naître des points de pression, et un oreiller trop moelleux ne soutiendrait pas suffisamment sa région cervicale et sa tête.

Optez pour des oreillers en polyester, car il s’agit d’un garnissage qui apporte un juste niveau de soutien aux enfants. Par ailleurs, ce matériau à la fois doux et léger apporte un niveau de confort idéal.

Si votre enfant a plus de 6 ans, optez pour les fibres polyester siliconées creuses : ces dernières contiennent de l’air et glissent les unes sur les autres, afin de garantir une bonne répartition du garnissage, nuit après nuit.

Les oreillers rectangles

Optez pour un oreiller rectangle : grâce à cette forme, les épaules viennent buter contre le rebord de l’oreiller. Seules la tête et la nuque sont maintenues, ce qui permet de respecter la courbure naturelle de la colonne cervicale et vertébrale de votre enfant. En effet, sur un oreiller carré, tout le haut du corps de votre enfant est surélevé, ce qui ne lui permet pas de profiter d’une bonne posture. Pour prendre soin de son petit corps, et l’aider à s’endormir plus facilement, pensez-y !

Les oreillers certifiés Oeko Tex

Tournez-vous vers un oreiller certifié sans substances nocives. Car oui, vous pouvez prendre soin de la santé de votre tout petit, même la nuit ! Il suffit de vous tourner vers les labels Oeko Tex : ces oreillers suivent un processus de vérification très strict. Ainsi, ce sont plus de de 300 substances nocives qui sont analysées puis éliminées, garantissant à votre enfant un oreiller non toxique et des nuits saines pour longtemps !

Les oreillers hypoallergéniques

Pour éviter que les problèmes de respiration ne viennent entraver les nuits et l’endormissement de votre enfant, optez pour des oreillers hypoallergéniques, traités anti-acariens et antibactériens. Attirés par la transpiration, l’humidité et la chaleur, les acariens viennent entraver la respiration de votre enfant, et peuvent également créer des problèmes cutanés et oculaires, nuisant à son endormissement.

  • Si votre enfant a entre 3 et 5 ans, l’oreiller Nemo sera idéal : en effet, il possède une épaisseur optimale, qui offre un juste niveau de soutien à la tête de votre enfant ;

Oreiller enfant "Nemo" de 3 à 5 ans

  • Si votre enfant a entre 6 et 10 ans, l’oreiller Dory est intéressant : son rembourrage en fibres creuses siliconées facilite la bonne répartition du garnissage dans l’oreiller et prend soin de son petit corps.

Oreiller enfant "Dory" : 6 à 10 ans

 

Pour aider votre enfant à s’endormir plus facilement, commencez par analyser les causes potentielles de son problème. Grâce à ces petites astuces, vous l’aiderez à faire rapidement de jolis rêves !