Sommeil et vigilance : quels liens ?

Quels sont les liens entre le sommeil et la vigilance

On sous-estime encore trop l’impact du manque de sommeil sur notre vigilance. Pourtant, les études sont formelles : mal dormir vous expose à une diminution importante du niveau de vigilance, menant parfois à une somnolence diurne, et à des accidents. Alors, quels sont les liens entre le sommeil et la vigilance ? Et surtout, comment renforcer votre sommeil pour limiter les risques ? On vous dit tout dans ce petit guide !

 

Manque de sommeil et vigilance : les risques d’accident majorés

Une étude menée par les médecins de Bourgogne a démontré que le manque de sommeil perturbe la vie professionnelle de 60 % des actifs, et réduit la productivité d'un tiers d'entre eux. Mais l’information la plus inquiétante est la suivante : ces troubles du sommeil représentent une source de danger professionnel chez 6,7 % des travailleurs. Ainsi, les risques d’accident sont multipliés par 6 ou 7 : le manque de vigilance au volant expose en effet les travailleurs à de gros risques.

On rencontre ce problème de somnolence diurne majoritairement chez les personnes qui travaillent de nuit, et qui voient alors leur rythme biologique être complètement perturbé.

Attention toutefois, les personnes qui ne profitent pas d’un sommeil suffisamment réparateur voient également leur niveau de vigilance chuter : en effet, les conséquences du manque de sommeil au travail sont importantes. Difficultés de concentration, d’attention, difficultés à intégrer certaines informations viennent alors ralentir leur productivité, et également rendre leur travail plus dangereux, notamment dans le cadre de postes manuels, de manutention, de port de charges lourdes, de conduite d’engins etc…

 

Quelles solutions pour renforcer la vigilance liée au manque de sommeil ?

Manger pour renforcer la vigilance

Les liens entre le sommeil et la vigilance sont forts. Pour contrecarrer cela, certains aliments peuvent agir sur l’état de vigilance. Les repas riches en protéines sont ainsi recommandés : elles améliorent la concentration de tyrosine dans l’organisme, un acide aminé qui aide à la sécrétion d’adrénaline et de dopamine (les hormones de l’éveil). Évitez toutefois les repas riches en glucides, qui augmenteront la somnolence !

Enfin, la consommation de thé, de café, ou encore de chocolat noir améliorent également votre état de vigilance durant 6 heures : de véritables alliés pour rester alerte !

S’aérer pour rester vigilant

Si vous travaillez de nuit, et que vous sentez que vous manquez de sommeil au moment de reprendre la route, gardez les fenêtres ouvertes pour renforcer votre niveau de vigilance au volant.

Au bureau, en journée, si votre nuit a été compliquée, n’hésitez pas à faire des pauses rafraîchissantes : promenez-vous quelques minutes au frais afin de relancer votre concentration.

Si vous le pouvez, rendez-vous au travail à pied, afin de bien vous réveiller.

Les effets de la lumière sur le niveau de vigilance

Une étude, publiée sur Science Direct, nous livre des informations précieuses sur les effets de la lumière sur la vigilance et les capacités cognitives sur les personnes privées de sommeil.

Il en résulte que l’exposition à la lumière artificielle améliore non seulement l’humeur, mais également les performances cognitives des personnes pourtant privées de sommeil. La lumière ralentit la production de mélatonine, l’hormone du sommeil.

Ainsi, si vous souffrez de troubles du sommeil, et que vous sentez que les effets sur votre vigilance sont présents, vous pouvez vous munir de lampe de luminothérapie. Vous pouvez par exemple la placer sur votre bureau, afin de renforcer votre concentration. Et par la même occasion, nul doute que vous observerez des effets notoires sur votre humeur !

Adoucir ses nuits grâce à la literie

Pour augmenter la qualité de votre sommeil, le choix de la literie est un pilier central. Cette dernière ne doit pas être sélectionnée au hasard. Optez pour un matelas sur lequel vous vous sentez totalement à l’aise, et qui soit adapté à votre morphologie et à vos problèmes de santé.

Et cela est valable pour votre oreiller : c’est bien lui le roi de votre lit ! Votre oreiller accueille votre tête, et la surélève afin qu’elle vienne s’aligner avec votre nuque et votre colonne vertébrale : c’est la posture idéale pour favoriser le sommeil profond, tout en prenant soin de votre dos et de vos cervicales.

Pour choisir le bon garnissage, la bonne hauteur et le bon niveau de souplesse de votre oreiller, vous devez faire attention à plusieurs choses :

  • Vos problèmes de santé : si vous souffrez de sueurs nocturnes, optez pour des oreillers naturels et respirants (en plumes et duvet par exemple). Si vous souffrez d’allergies, ce sont les oreillers synthétiques qui vous accompagneront vers des nuits apaisantes. Enfin, si vous souffrez de raideurs aux cervicales lorsque vous vous levez le matin, ou si vous avez parfois mal au dos ou aux trapèzes, les oreillers à mémoire de forme seront vos plus grands alliés ;
  • Votre position de sommeil : lorsque l’on dort sur le dos, il est essentiel de choisir un oreiller mi- épais, pour éviter de voir la tête pencher trop vers l’avant ou trop vers l’arrière. Gardez en tête que l’alignement tête, nuque et colonne vertébrale doit être votre priorité. Si vous dormez sur le ventre, optez pour un oreiller assez fin, qui luttera contre les torsions et les points de pression. Si vous dormez sur le côté, votre oreiller devra combler le creux entre le matelas et la nuque : les oreillers gonflants et volumineux en duvet, plumes, polyester sont les bienvenus !

 

Pour trouver le bon oreiller, ce test très rapide de 8 questions, vous accompagne !

Ne sous-estimez plus les liens entre le sommeil et la vigilance : renforcez votre niveau de concentration grâce à ces quelques astuces !